Partenaires

CNRS



Rechercher


Accueil > Grand public > Manifestations > Archives des manifestations > 2009 > AMA 09 - Année Mondiale de l’Astronomie 2009

Les Conférenciers

par François Vernotte - publié le , mis à jour le

Agnès Acker est astrophysicienne à l’observatoire de Strasbourg, professeur à l’Université Louis Pasteur. Elle travaille, d’une part, sur l’évolution stellaire, en particulier sur les stades finaux et les nébuleuses planétaires et, d’autre part, sur la chimie et la cinématique galactiques. Outre de nombreuses responsabilités nationales et internationales ainsi qu’un investissement très fort dans l’enseignement universitaire, elle a écrit plusieurs ouvrages pédagogiques. Elle a également un rôle très actif dans le domaine de la diffusion de la culture scientifique notamment au travers de l’Association des Planétariums de Langue Française (APLF), dont elle est fondatrice et présidente.


Frédéric Arenou est ingénieur de recherche du CNRS à l’Observatoire de Paris et docteur en astronomie. Son domaine d’activité scientifique, technique (analyse statistique de données astronomiques et développement logiciel) et de diffusion des connaissances concerne les étoiles de notre Galaxie. Dans le cadre du satellite européen Hipparcos, il a contribué à son Catalogue d’Entrée, aux résultats astrométriques et à leur validation, appliqués ensuite à l’étude des étoiles binaires et exoplanètes. Il participe depuis 1998 à la préparation de la mission Gaia avec le traitement logiciel à bord de ce satellite puis la simulation et le traitement des données des étoiles multiples.


Annie Baglin est astrophysicienne à l’Observatoire de Paris (LESIA, Meudon). Ses principaux champs scientifiques d’intérêt concernent la physique des intérieurs stellaires, l’évolution des étoiles dans leurs derniers stades et la sismologie stellaire, en particulier depuis l’espace. Elle a eu de nombreuses responsabilités scientifiques tant à l’observatoire de Paris, au CNRS, qu’au CNES. Depuis 1993, elle est l’investigatrice principale de la mission spatiale CoRoT qui a pour objectif l’étude des étoiles par astérosismologie et la recherche de planètes extrasolaires de type tellurique.


Souad Ben Hamed est psychologue clinicienne, psychanalyste. Elle a obtenu son doctorat en psychopathologie et psychologie cliniques à l’université de Lyon 2. Sa thèse porte sur la relation mère-enfant entre la violence agie et la violence fantasmée. Elle est actuellement chercheur associée au Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologie Cliniques (EA 653, Lyon 2) et exerce une activité libérale à Besançon. Ses différentes communications portent principalement sur la clinique du couple et de la famille ainsi que sur la question de la perversion.

Sa participation récente à un congrès à Bordeaux sur l’histoire de l’astronomie l’a mise sur une nouvelle voie : la psychanalyse posthume de personnages célèbres tel qu’Urbain Le Verrier, le découvreur de Neptune.


Roger-Maurice Bonnet figure parmi les pionniers de l’astrophysique spatiale. Il a été le premier en France à lancer des fusées astronomiques de 1963 à 1967 pour étudier le Soleil dans l’ultraviolet.

Il a été tour à tour directeur du programme scientifique de l’Agence Spatiale Européenne (ESA-European Space Agency), Directeur Général Adjoint Scientifique au CNES et directeur de l’International Space Science Institute à Berne (Suisse). Il est également président du COSPAR (Committee for Space Research).

A l’ESA, R.-M. Bonnet a initié le programme « Horizon 2000 » qui a permis à l’Europe d’atteindre le deuxième rang mondial dans le domaine spatial, grâce à des missions telles que Hipparcos, Giotto, Ulysses, ISO, Huygens, Mars Express, SMART-1, SOHO, Cluster, etc.

Il est l’auteur de plus de 150 articles scientifiques et livres.


André Brahic est professeur à l’Université Paris 7 Denis Diderot et il effectue ses travaux de
recherche au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) à Saclay où il a fondé le laboratoire
“Astrophysique - Interactions Multi-Échelles” (AIM). Au
début de sa carrière, il a travaillé sur les supernovae, la théorie du chaos et la dynamique des galaxies.
Ses principaux domaines de recherche sont actuellement liés à l’évolution des anneaux de Saturne et à
la formation du système solaire dont il est l’un des plus grands experts mondiaux. Il est le membre français
de l’équipe d’imagerie de la mission américano - européenne Cassini - Huygens qui est en train
d’explorer le monde de Saturne depuis 2004.

Il a été
président et membre de nombreux comités de la NASA, de l’Agence Spatiale Européenne, de l’Union
Astronomique Internationale, des Ministère de la Recherche et de l’Education et d’organismes
consacrés à la recherche spatiale, la culture ou l’éducation. Il a publié près de 200 articles dans des revues spécialisées ainsi qu’une
dizaine de livres. Il a obtenu
plusieurs prix nationaux et internationaux.

Il est aussi connu pour son enthousiasme et son action en faveur de la culture scientifique.


Jean Davoigneau


Eric Fossat est Astronome à l’Observatoire de Nice, détaché à l’Université depuis 1967. Avant tout observateur et instrumentaliste, il a été pionnier de l’héliosismologie dès les années 70, avant d’être de nouveau pionnier de l’Astronomie en Antarctique depuis l’année 2000.

Coordinateur du projet “Stella Antarctica” pour la promotion de l’astronomie du futur à la station franco-italienne Concordia, il pilote depuis l’année 2000 le programme “Astro-Concordia” de qualification astronomique de ce site du bout du monde. Il a reçu en 2002 le prix du rayonnement français pour l’ensemble de ses activités scientifiques, particulièrement dans le domaine de la coopération internationale.


Yves Fouquart est physicien et a dirigé le Laboratoire d’Optique Atmosphérique de Lille. Il a travaillé sur les transferts d’énergie par rayonnement dans l’atmosphère terrestre. Il a notamment contribué à l’élaboration des modèles climatiques en développant des routines de calcul des transferts radiatifs. Il a également étudié le rôle climatique des nuages et des aérosols par l’intermédiaire de modélisations et d’observations depuis le sol, in situ en avion et depuis satellite. Membre du comité scientifique du Programme Mondial de Recherche sur le Climat de 86 à 92, il a participé à la rédaction du rapport 1995 du Groupement Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC).


Isabelle Grenier est professeur à l’Université Paris Diderot et elle effectue ses travaux de recherche au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) à Saclay. Elle travaille d’une part sur les sources de rayons gamma dans l’Univers comme les pulsars, restes de supernova et grands trous noirs au centre des galaxies et, d’autre part, sur les propriétés des nuages interstellaires et des rayons cosmiques vus par leur émission gamma dans la Voie Lactée. Elle fait partie des responsables scientifiques du télescope gamma spatial Fermi que la NASA a lancé en juin 2008 et qui révèle un ciel étonnamment actif et variable à haute énergie. Elle est co-auteur avec André Brahic du livre “Lumières d’étoiles, les couleurs de l’invisible”.


Jean Jouzel est glaciologue et géo-chimiste à l’Institut Pierre-Simon de Laplace à Paris, qu’il a dirigé de 2001 à 2008. Il est le spécialiste mondialement reconnu de la reconstitution des grands changements climatiques à partir de l’analyse des glaces de l’Antarctique et du Groenland. Il a été récompensé par la médaille d’or du CNRS en 2002, qu’il a partagée avec Claude Lorius. Jean Jouzel est impliqué depuis plusieurs années dans l’étude de l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre liée aux activités humaines et de ses conséquences. Il est membre du bureau du GIEC. En 2007, il a partagé avec Al Gore et les autres scientifiques membres du GIEC le Prix Nobel de la Paix.


Jacques Laskar est astronome à l’Observatoire de Paris, directeur de recherche au CNRS et membre de l’Académie des Sciences. Il est un spécialiste mondial de la dynamique des mouvements planétaire. Il a montré le premier en 1989 que le mouvement des planètes du Système solaire est chaotique. Il y a 15 ans, en utilisant un modèle approché, il montre que Mercure peut entrer en collision avec Vénus. Par une simulation numérique sans précédent, il vient de confirmer ces résultats.

Jacques Laskar a aussi mis en évidence le mouvement chaotique de l’axe de rotation de Mars, et démontré qu’en absence de la Lune l’axe de la Terre serait fortement chaotique.

Il est par ailleurs l’auteur des modèles les plus précis pour l’évolution à long terme de l’orbite et de l’orientation de la Terre qui servent de référence mondiale depuis 20 ans à l’étude des paléoclimats de la Terre.


Françoise Le Guet-Tully


Samuel Lepastier est psychiatre, psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris, Professeur associé de psychopathologie à l’Université Paris X Nanterre, Directeur de recherches au laboratoire des atteintes somatiques et identitaires et praticien attaché-consultant de l’hôpital La Pitié-Salpêtrière.

Il est l’auteur de plusieurs travaux et publications sur la clinique du corps, l’adolescence, la violence, l’hystérie et d’autres problématiques contemporaines. Il a également écrit de nombreux articles de vulgarisation sur le bizutage, les sectes, la télévision, la beauté, les jeux vidéo...

Astronome amateur, il est membre de la Société Astronomique de France et auteur de l’article "L’astronomie, un outil pour penser le psychisme", publié dans le numéro spécial de la revue Psychiatrie française consacré aux Violons d’Ingres.


Antoine Letessier-Selvon, titulaire du DEA de physique théorique de Paris, est physicien des hautes énergies. Directeur de recherche au CNRS, il est membre du laboratoire de physique des hautes énergies des universités Pierre et Marie Curie et Denis Diderot et de l’institut national de physique nucléaire et de physique des hautes énergies (In2p3/CNRS). Après des recherches en physique des particules sur les oscillations de neutrino, la production directe de paires de leptons dans les collisions d’ions lourd puis l’étude des modes de désintégration du boson Z0 auprès de grand accélérateur LEP du CERN, Antoine Letessier-Selvon s’est tourné vers l’étude des rayons cosmiques d’ultra hautes énergies. Il est aujourd’hui porte parole Français de l’observatoire Pierre Auger, le plus grand observatoire mondial dédié aux rayons cosmiques d’énergie ultime.


Michel Magny est paléoclimatologue au laboratoire de Chrono-Environnement de Besançon. Il travaille à la reconstitution du climat du passé récent de la Terre (depuis 10000 ans) en étudiant la variation du niveau des lacs en Europe Occidentale et Méditerranéenne. En particulier, il identifie des marqueurs temporels dans des carottages sédimentaires lacustres et en déduit, par exemple grâce aux concrétions de carbonates, des éléments caractéristiques du climat de l’époque considérée. Sur certains sites archéologiques, il est parvenu à des datations à l’année près grâce à la dendrochronologie. Il a reçu la médaille d’argent du CNRS en 2007.


Jean-Claude Pecker, né à Reims, a eu une longue carrière d’enseignant et de chercheur. Ancien élève de l’École Normale Supérieure, il fut notamment Directeur de l’Observatoire de Nice et Directeur de l’Institut d’Astrophysique de Paris. Il est Professeur Honoraire au Collège de France ; la chaire créée pour lui s’intitulait “Astrophysique théorique”. Jean-Claude Pecker est membre de l’Académie des Sciences, et de plusieurs académies nationales et internationales.

Ses travaux concernent principalement la théorie des atmosphères stellaires, la physique solaire et les relations Soleil-Terre, le milieu interstellaire, et la cosmologie. Il s’intéresse aussi à l’histoire de l’astronomie.

J.-C. Pecker n’a jamais voulu limiter ses activités au strict cadre professionnel. Actif dans les organisations internationales, combattant des droits de l’Homme, soucieux de la défense des valeurs humanistes et laïques, J.-C. Pecker est également peintre et poète.


Thomas Perret a étudié l’histoire à l’Université de Neuchâtel. Après y avoir travaillé plusieurs années en tant qu’assistant et collaborateur scientifique en histoire économique, il séjourne en 2005/06 au Centre for Business History de l’Université de Glasgow.

Ses domaines de recherche sont principalement l’histoire de l’horlogerie et de l’industrie mécanique, ainsi que l’histoire de l’innovation. Il a contribué à de nombreuses publications et a dirigé un ouvrage sur l’histoire des laboratoires de recherche horlogère neuchâtelois. Il a également été commissaire d’une exposition consacrée aux caméras Bolex (Yverdon et Sainte-Croix, 2003).

Depuis 2006, il est responsable du Centre jurassien d’archives et de recherches économiques (CEJARE) à Saint-Imier, centre qui a pour but la préservation et la mise en valeur des archives industrielles du Jura suisse. C’est depuis 2006 également qu’il travaille sur les archives de la société L. Leroy SA, afin de les inventorier et de dresser un historique de cette célèbre maison horlogère.


Christophe Salomon est directeur de recherches au CNRS. Il a soutenu sa thèse en 1984 sur la spectroscopie laser à très haute résolution, a effectué un séjour post-doctoral au JILA (USA) ou il a abordé le tout nouveau domaine du refroidissement laser d’atomes. Fin 1985, il rejoint le groupe « atomes froids » fondé par C. Cohen-Tannoudji au laboratoire Kastler Brossel de l’école normale supérieure. Ses recherches portent d’une part sur l’étude des gaz quantiques et d’autre part sur les horloges à atomes froids et leurs applications, notamment spatiales. Pour ces travaux, il a reçu 5 prix nationaux ou internationaux dont le grand prix Mergier-Bourdeix de l’académie des Sciences en 2000. Il est l’auteur de 170 publications dont 100 dans des journaux à comité de lecture et a donné 187 conférences invitées. Il est membre de plusieurs comités d’évaluation européens, du comité national du CNRS 2008-20011, de la société française de physique et de la société européenne de physique.


Guillaume Tripet est directeur artistique et produit des montres L. Leroy. Après une formation artistique à la Haute École d’Arts Appliqués de La Chaux-de-Fonds (HES), il a été designer en horlogerie et articles de luxe pour diverses grandes marques (Audemars-Piguet, Aellen Création, Eterna, Porsche Design).

Passionné par l’univers horloger et plus généralement par celui des accessoires de luxe (montres, bijoux, objets d’écriture, automobiles, chaussures), il s’intéresse également à l’architecture (ancienne et actuelle), la décoration d’intérieur et l’aménagement d’espaces contemporains.


Stéphane Udry


François Vernotte est professeur d’astronomie et d’astrophysique à
l’université de Franche-Comté et directeur de l’observatoire de Besançon.
Ses activités de recherche portent sur la métrologie du temps et se
partagent entre fondamental (études du chronométrage des pulsars
millisecondes) et appliqué (réalisation d’une échelle de temps physique de
très haute stabilité à partir de plusieurs horloges atomiques). En plus de la recherche et de l’enseignement, François
Vernotte participe fréquemment à des opérations de diffusion de la culture
scientifique vers le public le plus large, grâce à des conférences, des
séances d’observation et des visites de l’observatoire de Besançon.


Jean-Marie Vigoureux est enseignant chercheur et Professeur de physique à l’Université de Franche-Comté. Ses recherches portent essentiellement sur la lumière et ses interactions avec la matière. Outre ses activités de recherche et d’enseignement, il consacre une part importante de ses activités à la diffusion de la culture scientifique et technique dans le cadre de l’Université Ouverte de Franche-Comté où il donne à un public essentiellement non scientifique un cours annuel ; dans le cadre de conférences grand public portant sur des thèmes scientifiques très divers qui abordent tant l’histoire de la pensée scientifique que des sujets d’actualité ; dans la publication de livres, destinés à un public curieux mais non spécialiste. Il est ainsi l’auteur de trois livres : « les pommes de Newton » paru chez Albin Michel en 2003, « la quête d’Einstein » (Ellipses 2005) sur la relativité générale et « L’Univers en perspective » (Ellipses 2006) sur la théorie de la relativité restreinte.