Partenaires

CNRS
Université de Franche-Comté
Université de Bourgogne Franche-Comté



Rechercher


Accueil > Grand public > Université ouverte : cycle astronomie

Cycle d’astronomie du jeudi Programme 2021-2022

par Raphaël Melior - publié le , mis à jour le

Salle de conférences de l’observatoire de Besançon
41 bis avenue de l’observatoire

Les jeudi, de 17h à 18h30


Conférenciers :

Sarah ANDERSON : Doctorante
Julien MONTILLAUD : Maître de Conférences
Benoît NOYELLES : Maître de Conférences
Céline REYLE : Astronome
Philippe ROUSSELOT : Professeur (responsable du cycle)


18 novembre 2021 : « Le Soleil » (Philippe Rousselot)

Le Soleil est l’étoile la plus proche de la Terre, celle autour de laquelle orbite notre planète et qui apporte de l’énergie sous forme de rayonnement et de particules chargées à l’ensemble du système solaire. Nous expliquerons la façon dont il fonctionne, son histoire, ainsi que ses propriétés physiques et la façon dont il interagit avec la Terre.

25 novembre 2021 : « L’atmosphère des planètes telluriques » (Philippe Rousselot)

Les planètes dites telluriques sont celles qui ressemblent à la Terre, de part leur taille et leur masse volumique. Trois d’entre elles (Vénus, la Terre et Mars) possèdent une atmosphère. Cette conférence donnera un aperçu du fonctionnement et des propriétés physiques de ces atmosphères, en particulier dans le cas de celle de la Terre, qui est celle qui influence le plus notre existence.

2 décembre 2021 : « La formation de la Lune » (Benoît Noyelles)

Il est communément admis que la Lune est issue d’une proto-Terre, qui aurait été percutée par un impacteur de la taille de Mars. Le résultat de cette collision serait la paire Terre-Lune. Dans cette conférence je détaillerai les dernières avancées sur la question notamment : que nous dit la géologie ? que cela implique-t-il sur l’âge de la Lune ? de quoi était constituée la proto-Terre ? et l’impacteur ? Nous verrons notamment comment cette question, quoiqu’ancienne, est en même temps très moderne du fait de l’évolution des modélisations théoriques, notamment des impacts, ainsi que de nos nouvelles connaissances sur le système solaire primordial.

9 décembre 2021 : « Voyage autour des planètes lointaines » (Benoît Noyelles)

Uranus et Neptune sont les 2 planètes du système solaire les plus éloignées de nous, et présentent certaines similarités, de par leurs tailles. Par contre, elles diffèrent dans leurs environnements : si Uranus est entourée de satellites de tailles moyennes, Neptune a un gros satellite, Triton, qui semble avoir expulsé ses congénères. Ces 2 planètes n’ont été visitées que par une seule sonde, Voyager 2, dans les années 80, mais continuent à intéresser les scientifiques.

6 janvier 2022 : « La formation des étoiles massives » (Julien Montillaud)

Si la formation des étoiles de masses faibles et intermédiaires semble assez bien comprise, celle des étoiles massives soulève de nombreuses difficultés théoriques et observationnelles. Nous verrons comment les progrès réalisés au cours de la dernière décennie, notamment grâce au développement de l’observatoire interférométrique ALMA et à la montée en puissance des simulations numériques, ont permis de proposer un scénario où la dynamique des flots turbulents qui agitent les nuages interstellaires géants joue un rôle prépondérant.

13 janvier 2022 : « Les astéroïdes » (Philippe Rousselot)

Il existe aujourd’hui plus d’un million de petits corps officiellement répertoriés comme astéroïdes dans le système solaire. La grande majorité d’entre eux orbitent dans la ceinture principale, située entre Mars et Jupiter et constituent de précieux témoins le formation du système solaire né il y a 4,5 milliards d’années. Nous dresserons un portrait de leurs propriétés physiques et de leur origine, à l’heure où ces objets font l’objet de l’attention de plusieurs agences spatiales.

20 janvier 2022 : « Nous ne verrons pas un astéroïde nous percuter » (Benoît Noyelles)

La disparition des dinosaures est attribuée à la collision de la Terre par un astéroïde il y a environ 65 millions d’années. Nous estimons qu’environ 100 tonnes d’objets célestes arrivent à la surface de la Terre, tous les jours. Ces objets sont en général suffisamment petits pour être détruits par l’atmosphère, sans provoquer de dégâts au sol. En revanche, la probabilité d’être percuté par un objet de taille kilométrique est extrêmement faible. Ce risque est constamment surveillé, par le suivi et la détection d’objets géocroiseurs, et évalué par l’échelle dite de Palerme. Un cas intéressant est celui d’Apophis, qui frôlera la Terre le 13 avril 2029. Dans cette conférence je parlerai notamment de la façon dont est déterminé ce risque, combinant observations astrométriques et modélisations de la dynamique.

27 janvier 2022 : « Les satellites de Saturne » (Philippe Rousselot)

Saturne est une planète géante bien connue pour ses anneaux. Elle possède cependant également un véritable système solaire en miniature qui orbite autour d’elle, sous la forme de plusieurs satellites aux propriétés physiques très diverses. Titan, par exemple, possède une atmosphère proche de celle d’une planète tellurique, ce qui en fait un cas unique parmi les satellites du système solaire. Cette conférence présentera une vue d’ensemble de ces satellites.

3 février 2022 : « De la Lune à Mars et au-delà : l’avenir des missions spatiales » (Sarah Anderson)

Cela fait maintenant 52 ans depuis que Neil Armstrong a fait son grand pas pour l’humanité, 49 depuis que le dernier homme a visité la surface de la Lune. Depuis, les astronautes ne quittent plus l’orbite terrestre basse, mais on parle de plus en plus d’un retour sur la Lune – et des missions qui apporteront l’humanité bien plus loin. Avec la mission Artemis, la NASA – avec des partenaires commerciaux et internationaux – prévoit de poser un équipage sur le sol lunaire en 2024. La Lune fournira un terrain d’essai pour tester les technologies et les ressources qui emmèneront les humains sur Mars et au-delà, y compris la construction d’une architecture durable et réutilisable. Nous ferons le point sur les missions envisagées, leurs enjeux, et le futur de l’humanité dans l’espace.

10 février 2022 : « Gaia : une révolution est en cours » (Céline Reylé)

La mission spatiale Gaia observe depuis 2014 la voûte céleste et fournit une carte en 3 dimensions, en couleurs et en mouvement de notre Galaxie. Nous verrons quelles sont les dernières découvertes issues de l’analyse de ces données très précises et très riches. Nous expliquerons également la contribution des astronomes bisontins à cette grande aventure spatiale.

Le cours « Voyage dans la Voie Lactée : à la découverte de nos voisines » initialement prévu le 3 mars est décalé au 24 mars.

10 mars 2022 : « Voyage dans la Voie Lactée et au-delà » (Céline Reylé)

Environ 150 milliards d’étoiles constituent la Voie Lactée, une galaxie parmi des dizaines de milliards d’autres dans l’Univers. Nous l’explorerons en partant du voisinage du Soleil jusqu’aux petites galaxies satellites. Nous décrirons sa structure et la comparerons avec les autres galaxies. Nous parlerons aussi de son histoire et de son devenir.

24 mars 2022 : « Voyage dans la Voie Lactée : à la découverte de nos voisines » (Céline Reylé)

Notre Galaxie, la Voie Lactée, s’étend sur une centaine de milliers d’années-lumière. Nous nous concentrerons ici sur les étoiles les plus proches du système solaire, le voisinage solaire. La proximité de ces étoiles permet d’en faire une étude très détaillée, apportant d’importantes informations sur la physique stellaire, mais aussi l’histoire de la Voie Lactée, ou encore les caractéristiques des exoplanètes. Il est d’autant plus important pour les étoiles de très faible masse et les naines brunes dont la faible luminosité les rendent difficiles à étudier à de grandes distances.