Partenaires

CNRS



Rechercher


Accueil > Grand public > Conférences

Conférences astronomiques grand public du samedi - Programme 2017/2018

par webmaster - publié le , mis à jour le

Salle de conférence de l’Observatoire
41 bis avenue de l’Observatoire, Besançon
Le samedi à 14 h 30. - Entrée gratuite

- 18 novembre 2017 - L’apparition de la complexité moléculaire : vers une origine interstellaire de la vie ?
- 3 mars 2018 - Le ciel peut-il nous tomber sur la tête ?
- 5 mai 2018 - Gaia : une vision en trois dimensions de la Voie Lactée


18 novembre 2017

L’apparition de la complexité moléculaire : vers une origine interstellaire de la vie ?

Julien MONTILLAUD – Maître de conférences à l’Université de Franche-Comté

Les astronomies radio et infrarouge ont permis la détection de plusieurs centaines de molécules dans le milieu interstellaire, dont beaucoup de molécules organiques, tandis que le nombre d’acides aminés détectés dans les comètes dépasse celui de ceux détectés sur Terre. Ces observations motivent de nombreuses études théoriques, expérimentales et observationnelles cherchant à déterminer si une origine interstellaire des molécules prébiotiques est vraisemblable. Nous exposerons l’état des connaissances sur les principaux mécanismes chimiques et astrophysiques permettant l’apparition de molécules complexes dans le milieu interstellaire.

Attention changement de date : initialement prévue le 14 octobre 2017 la conférence aura lieu 18 novembre 2017.

3 mars 2018

Le ciel peut-il nous tomber sur la tête ?

Philippe ROUSSELOT – Professeur à l’Université de Franche-Comté

Il est bien connu que nos ancêtres les gaulois n’avaient peur de rien sauf que le ciel leur tombe sur la tête… et ils n’avaient peut-être pas complètement tort. En effet, même si la prise de conscience des chutes de météorites sur Terre a été tardive (elle remonte seulement au début du XIXe siècle) il est maintenant bien établi que les chutes de petits corps planétaires (astéroïdes et comètes) sur notre planète ont joué un rôle important dans l’histoire de celle-ci. La taille de ces objets peut être très variable, allant de celle d’un grain de sable qui crée une étoile filante à une dizaine de kilomètres, voire plus, dont la chute entraîne un cataclysme planétaire, heureusement beaucoup plus rare. Dans la plupart des cas il est possible de récupérer des météorites de quelques grammes ou quelques kilogrammes dont l’analyse constitue une précieuse source de renseignements pour comprendre l’histoire du système solaire. Cette conférence essaie de dresser un panorama général de ce sujet, en présentant également les techniques modernes de détection des astéroïdes géocroiseurs qui pourraient nous menacer.

5 mai 2018

Gaia : une vision en trois dimensions de la Voie Lactée

Céline Reylé – Astronome à l’Observatoire de Besançon

Lancé en 2013, le satellite Gaia de l’agence spatiale européenne a l’objectif très ambitieux de cartographier plus d’un milliard d’astres en estimant la distance qui les sépare de la Terre ainsi que leurs mouvements dans l’espace. Si ce nombre est exceptionnellement élevé, la précision avec laquelle ils seront localisés le sera tout autant. Cette précision pourra aller jusqu’à 7 microsecondes d’arc (soit la taille d’une pièce de 20 centimes vue à la surface de la Lune). Grâce aux observations de Gaia, les astronomes tentent de lever le voile sur la formation, la structure et l’histoire de la Voie Lactée.