Partenaires

CNRS



Rechercher


Accueil > Services d’observation > Terre Solide

RENAG

publié le , mis à jour le

Les déformations qui animent la chaîne du Jura sont encore méconnues. Afin de mesurer les mouvements du massif, 6 stations GPS ont été installées au cours de l’année 2013 selon une configuration optimale en croix sur l’arc du Jura. Les problématiques scientifiques associées concernent la mesure de la déformation actuelle du Jura, en tant qu’arc orogénique intrinsèque d’une part et relié à la chaîne alpine d’autre part. Les développements techniques récents des mesures GPS permanentes
permettent d’aborder la question des déformations lentes (infra mm/an). Dans ce cadre, un tel réseau doit apporter, à échéance de quelques années, des informations fondamentales sur la déformation actuelle de l’arc, sur sa géodynamique et sur le risque sismique associé. En particulier, la stratégie de développement géographique du réseau permettra de contraindre le mode de déformation (mouvements de blocs vs. étalement) et le fonctionnement des grandes failles parcourant le massif.

Ce dispositif s’inscrit dans le SNO RENAG. Il vient complèter le réseau, le Jura étant une chaîne active jusqu’alors sous-instrumentée en termes de mesures GPS pérennes et de qualité géodésique, entre les Alpes et le fossé Rhénan particulièrement bien couverts.
En amont de l’installation des stations, la recherche de sites de qualité géodésique a pu débuter en 2010 avec le soutien financier de l’OSU. Un financement de la région Franche-Comté a ensuite couvert la période 2012-2014 et permis l’achat des stations GPS et du matériel associé,
l’installation des sites, et la mise en place d’un serveur de données dédié, avec l’aide d’un ingénieur d’étude en CDD pour 6 mois. Le dispositif fonctionne aujourd’hui grâce aux ressources de l’UMS, avec le soutien financier du service RENAG (1,2 k€ par station et par an pour la maintenance).

Localisation des stations du dispositif GPS-Jura sur l’arc jurassien et station sur le site
de l’observatoire de la Perdrix.

Les premières données sont d’ores et déjà en cours d’analyse dans le cadre d’une thèse sur la néotectonique du Jura (morphotectonique, sismotectonique et géodésie). Un projet de développement
d’un réseau de sismomètres pour la surveillance sismique du Jura est en construction. Ce futur projet s’intègre dans le cadre favorable du réseau RESIF, et de l’ANR ALPARRAY qui vient d’être acceptée.
Il s’agit d’un projet dans la continuité, et complémentaire, de GPS-Jura.