Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > À la une

Décès d’Edouard Oblak, astronome retraité de l’observatoire de Besançon

publié le

La directrice et le personnel de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Besançon font part de la triste nouvelle du décès de leur collègue Edouard Oblak, astronome retraité, le 16 septembre dernier.

Né en 1940, il passe son enfance en Lorraine puis à Paris. Il effectue des études scientifiques à l’Université Jagellone de Cracovie, où il est le seul élève du cours d’astronomie, par le jeu du numerus clausus. Il revient en France en 1970 et se présente à l’Observatoire de Besançon comme spécialiste en spectroscopie. Il y exercera le métier d’astronome jusqu’à son départ en retraite en 2008.

Son premier travail consiste à faire des observations systématiques à l’astrolabe impersonnel de Danjon, dédiées à la mesure de la rotation de la Terre et à la détermination du temps (cf. publication 1974, 1976). Il participe également aux observations avec la lunette méridienne qui ont abouti à la publication du 4ème catalogue méridien de l’Observatoire de Besançon. Il effectue une thèse sous la direction de Michel Crézé, intitulée « Contribution à l’étude de la variation locale de l’ellipsoïde des vitesses résiduelles stellaires », qu’il obtient en 1983. Rapidement il se plonge dans l’observation photométrique puis spectroscopique des étoiles doubles, qui deviennent son principal sujet d’étude. Son travail persévérant sur les étoiles doubles l’a conduit naturellement à faire une contribution appréciée à la préparation du catalogue d’entrée de la mission Hipparcos dans le cadre du consortium INCA.

Dans les années 1990, il fonde un réseau pour observer en photométrie les étoiles doubles ou multiples du programme Hipparcos donc les composantes sont suffisamment séparées. Il a contribué à l’intégration dans Simbad des identifications du Catalogue de Composantes d’étoiles Doubles et Multiples (CCDM) de Jean Dommanget. C’est lors de ce travail que l’idée d’une base de données des étoiles doubles lui vient. A travers de multiples collaborations et des travaux d’etudiants, Edouard a porté cette base de données jusqu’à sa retraite et s’est assuré de sa pérennité en la transférant à Institut d’Astronomie de l’Académie des Sciences de Russie.

Edouard Oblak a également porté une formation des maîtres des écoles et participait à la diffusion du savoir, à travers des conférences. Il avait en particulier passé du temps à étudier les méthodes des astrologues et calculé lui-même des thèmes astraux pour pouvoir dénoncer leurs pratiques en connaissance de cause auprès du grand public.

Edouard Oblak était un homme de conviction, très rigoureux dans ses recherches. Amoureux de l’astronomie, il vivait son travail comme une passion. Passionné également par la philatélie, il avait commencé un ouvrage très détaillé sur l’astronomie à travers les timbres.

Ses obsèques ont été célébrées à Cussey sur l’Ognon (Doubs) le lundi 19 septembre.